• sketchnoting Web2.0 & cuisine

    Le forum ouvert au public sur les Innovations culinaires et les Arts de la table s’est déroulé les vendredi 22 et samedi 23 février 2013 dans les locaux du lycée des métiers de l’hôtellerie. Au départ, je venais juste écouter Raphaël Haumont lors de son intervention dans conférence « La cuisine dans tous ses états ». Quel n’a pas été ma surprise de voir dans chacune des interventions le web 2.0 tant en esprit (collaboratif, casser les silos, hacking) tant en usage web (blog, curation, big data).

    Le monde de la gastronomie est très présent dans la webosphère. Il existe un nombre incalculable de blogs, de réelle communauté. Des sites comme http://www.gustonomie.fr/ font de la curation de contenus (usages, sites, blogs,…).

     La cuisine, comme le web, met en valeur les amateurs. Il existe aussi une cuisine « libre » vs une cuisine « propriétaire » comme il existe des logiciels « libres » vs des logiciels « propriétaires ».

    La cuisine n’est pas à l’abri du hack. Par exemple, les événements comme

    • Food Camp (animation, challenges et dégustation le tout en temps court)
    • Food Start-Up

    Le plus surprenant reste la relation entre la gastronomie et le Big Data. En Amérique,  une start-up capte les millions de menus de restaurants. De ses datas, des mélanges intéressant d’ingrédients sont déduits et permet de proposer des mélange à l’industrie agroalimentaire pour les plats préparés.

    20130306-184315.jpg

    Sketchnoting dessiné en direct

    La cuisine à même son milieu underground avec l’anti-restaurant. C’est une nouvelle tendance en France. Ce concept est née de la crise à Cuba. C’est un restaurant dans un lieu éphémère ou/et reçu chez l’habitant. Elle permet de partager l’univers culinaire et artistique du chef cuisinier. Ce concept a un côté street art et une grande adaptation.

    Dans le monde, il existe de nombreux cas d’anti-restaurant avec de nombreux noms différents comme le Food surfing (vous travaillez pour manger), Guérilla diner, Home diner, Super club… Les réseaux sociaux permettent de trouver des clients et de communiquer les lieux de ses restaurants éphémères.

     En France, le concept a un côté romantique. Le chef Abraham de la Rosa est un de ses chefs underground. Il est un ancien équipier de Thierry Marx. Ce concept lui permet de mélanger plusieurs passions : la cuisine, la photo/art graphique et Cuba. Ses clients sont trouvé via les réseaux sociaux.

    20130306-184335.jpg

    Sketchnoting dessiné en direct